DERMITE (ou dermatite) SÉBORRHÉIQUE & PELLICULES

En anglais Seborrheic dermatitis & Dandruff

Dermite Séborrhéique et pelliculesDesquamation dermite séborrhéiqueDermite séborrhéique et pellicules

Affection inflammatoire chronique fréquente touchant entre 2 et 5% des français, la dermite séborrhéique (DS) se manifeste par l'apparition de pellicules sur le cuir chevelu et/ou par des plaques rouges qui pêlent sur le visage et parfois sur le thorax.

Lorsqu'elle prend une forme plus ou moins sévère, il est recommandé de consulter un dermatologue qui peut prescrire des produits uniquement accessibles sur ordonance. Un allergologue pourra également éclairer certaines situations.

 

Causes 

La cause ultime de cette dermite est difficile à établir dans l'état actuel des connaissances médicales (en 2016). Plusieurs facteurs semblent se conjuguer, le principal étant la présence et le développement excessif du microchampignon de l'espèce Malassezia (Malassezia sp). Or, nous sommes toutes et tous porteurs de ce microchampignon, et ce serait donc sur la base d'une infection fongique proliférante que cette inflammation se déclarerait.

Ce champignon microscopique (il s'agit en fait d'une levure), comme tous les autres, secrète des toxines, substances organiques potentiellement toxiques, à l'origine de démangeaisons. Cette dermite prolifère surtout chez celles et ceux dont la peau est grasse car ce microchampignon apprécie particulièrement le sébum. Les régions riches en glandes sébaccées (front, nez, cuir chevelu) seront donc touchées principalement. Le champignon peut éventuellement gagner le thorax.

Le stress, les facteurs émotionnels, la fatigue, aggravent encore le tableau clinique. Serait-il question de modification du pH de la peau et/ou d'une réponse électrodermale (RED, ou conductance cutanée) particulière chez les sujets atteints ? La réponse électrodermale, reflétant  l'activité des glandes sudoripares, est placée sous l'influence du système nerveux involontaire, lui-même miroir des tensions psychologiques. Les perturbations hormonales sont également parfois évoquées. Il faut savoir aussi que le système nerveux et le système endocrinien (responsable des émissions hormonales) interagissent fortement l'un sur l'autre et l'autre sur l'un : il s'agit ici d'une sorte de cercle vicieux.

Même si cette dermite peut se déclarer chez des personnes en parfaite santé, les statistiques montrent qu'elle touche plus facilement celles présentant un syndrôme immunodéficitaire, un éthylisme chronique, la maladie de Parkinson ou un cancer des voies digestives supérieures. Qui sait donc si votre dermite séborrhéique n'est pas une manifestation d'une atteinte plus profonde de ce type ? Dans ce cas, il serait intéressant de réaliser un check-up relatif à ces pathologies graves qu'il vaut mieux identifier et traiter le plus tôt possible. Et si vous étiez victimes d'un syndrome immunodéficitaire sans le savoir ?

 

 

Les pellicules 

Les pellicules constituent l'un des symptômes les plus fréquents de la dermite séborrhéique. Leurs aspects varient en fonction de la gravité de l'atteinte. Elles peuvent n'être que classiques et on peut alors s'en accomoder bon gré mal gré. Mais elles peuvent prendre des proportions toute autre.

1° - Soit on a affaire aux minuscules pellicules classiques : de très petites squames se décrochent du cuir chevelu tombent en miettes sur les épaules ;

2° - Soit on a affaire à des plaques grasses et épaisses secrétées par un cuir chevelu rouge et enflammé (on parle en anglais de Burning red itchy scalp). On observe des lésions cutanées sur le pourtour du scalp. Ici, les démangeaisons deviennent gênantes ;

3° - Soit on a affaire à une forme sévère générant des croûtes plus épaisses encore, croûtes que les cheveux semblent traverser comme s'ils avaient poussé à travers une plaque. Toutes les plaques de pellicules peuvent même se rejoindre pour former finalement ce qu'on appelle un "casque séborrhéique".

 

 

Soins, traitements, pistes

Les traitements dermatologiques 

Les traitements administrés par le dermatologue sont efficaces et étouffent les manifestations de cette dermite qui reste cependant toujours présente en toile de fond. On ne guérit malheureusement pas définitivement de cette affection. Elle pourra ressurgir à l'occasion d'un épisode de stress intense par exemple ou d'un gros coup de fatigue.

Gérer le stress et la fatigue chronique 

Un conseil dans ce cas : sachez vous reposer régulièrement pour bien récupérer afin de prévenir toute réactivation de cette dermatose ennuyeuse : fatigue chronique et dermite séborrhéique ne font pas bon ménage. A propos du stress, il est prouvé que la pratique d'une activité physique et/ou créative aideront grandement à le gérer. Il convient également de savoir organiser sa vie quotidienne pour se ménager des moments anti-stress ou plus généralement de se positionner différemment existentiellement parlant. Facile à dire, direz-vous, mais pourquoi ne pas prendre le taureau par les cornes, au moins une bonne fois dans sa vie et tenter l'expérience d'une rééquilibration générale de notre mode de vie au quotidien ? C'est alors la totalité de notre être qui s'en trouvera apaisée (les rapports à autrui et à soi-même). Nous connaissons nombre de cas concrets, des personnes, des "patients" suivis depuis des années et pour lesquels le médecin traitant ne savait plus que faire, se doutant mais sans oser le communiquer clairement à leur "client", que peut-être la source profonde s'alimentait à un océan sous-terrain de stress. Bien entendu, il ne s'agit pas de tout mettre sur le dos du stress, mais il est tout de même bien présent chez chacun d'entre nous. Il devient nécessaire, au sein de notre mode de vie occidental, d'apprendre à gérer ce stress, néfaste à plus d'un titre (NB : stress psychologique et stress physiologique sont deux notions à connaître et sur lesquelles travailler).

Et si ?... Soleil, exposition UV, luminothérapie, vitamines ?... 

On a remarqué que les plaques de dermite séborrhéiques s'aménuisent au soleil. Est-ce dû à l'assèchement de la peau au soleil, ou au rayonnements UV que les champignons n'aimeraient pas, ou encore à la lumière activant la synthèse par la peau de la vitamine D ? Parlez-en à votre dermatologue afin de connaître son avis sur la question. On pourrait alors penser aux cabines UV thérapeutiques pour faire régresser la dermite ou encore aux petites vacances au soleil intégrées dans notre emploi du temps de l'année. Et si la luminothérapie avait également son mot à dire ? Concernant la vitamine D, et il s'agit ici d'une remarque d'ordre général, mieux vaut ne pas s'exposer à une carence vitaminique quelconque : une alimentation variée ou même le recours aux compléments vitaminiques l'espace de quelques semaines peut aider. La vitamine D n'est synthétisée par la peau que lors de son exposition au soleil. Certes très peu d'exposition suffit pour synthétiser la dose correcte de vitamine D nécessaire à l'équilibre physiologique. Mais dans les régions peu ensoleillées comme le Nord de la France ou en vivant une vie quotidienne de "bureau", l'exposition au soleil sera peut-être trop faible. Cette remarque devra plus être prise en considération par les femmes d'origine africaine qui souffrent plus que les autres de carence en vitamine D, et même en vitamines en général en raison de leur culture alimentaire n'intégrant pas assez de fruits et de légumes de toutes sortes.

Soin à l'argile

On peut également penser aux masques d'argile appliqués sur la peau ou même sur la coiffure de manière à imbiber le cuir chevelu lui-même. En effet, les soins à l'argile possèdent de nombreuses vertus, notamment au sujet de la détoxination du cuir chevelu (aborption des toxines secrétées par les micro-organismes colonisant le cuir chevelu).

Médecin traitant, allergologue, dermatologue, dermatologueS

D'une manière générale, mieux vaut ne pas se restreindre à l'avis médical de votre seul médecin traitant qui peut ne pas être totalement au point sur la dermatite séborrhéique (ceci dit sans vouloir amoindrir ses compétences : notre médecin traitant, par exemple, a l'humilité de reconnaître que concernant ceci ou cela, il n'est plus le bon interlocuteur. Certains médecins généralistes acceptent de lâcher prise et de vous confier à un collègue plus expérimenté dans tel domaine. Mais ce n'est pas le cas de tous les médecins traitants : certains ne parviennent pas à se déclarer incompétents alors que c'est tout à fait naturel puisque la médecine généraliste est peut-être la plus délicate de toute. La consultation du dermatologue est préférable puisqu'il est spécialiste des problèmes de peau. Plus encore, consulter au moins deux dermatologues peut également débloquer une situation qu'on pensait verrouillée : on se fait parfois une "raison" après la consultation d'un expert et on abandonne alors que tout n'est peut-être pas exploré selon l'idée d'un second expert. Nous pouvons en effet témoigner de ce que la consultation d'un seul spécialiste nous a parfois enfermé dans un cul-de-sac, tandis que la consultation d'un autre nous a ouvert des solutions pour résoudre un problème que nous pensions définitif ! A bon entendeur...

 

 

Rappel : pellicules et acariens 

Un problème n'arrivant jamais seul, souvenez-vous que les acariens de nos lits adorent se nourrir de nos désquamations (cliquez ici pour + d'infos) : celles de la peau et les pellicules capillaires. Ils auront alors tendance à se multiplier eux aussi sur nos couches. C'est donc un aspect des choses qu'il faut prendre en considération lorsqu'on perd beaucoup de pellicules. Sans compter qu'une espèce d'acarien colonise même le cuir chevelu : le demodex folliculorum ! (cliquez ici pour + d'infos)

 

 

Gros plan sur les microchampignons Malassezia

Pour mieux lutter contre un ennemi, la première des choses consiste à bien le connaître.
Malassezia désigne un genre de champignon regroupant plusieurs individus. Il s'agit bien entendu d'un microchampignon visible uniquement par microscopie. C'est donc un microbe (micro-bios). Plus précisément encore, les Malassezia sont des levures.

Champignon microscopique MalasseziaLevure MalasseziaMalassezia globolosa cuir chevelu

Les biotopes des Malassezia

Jusqu'à très récemment, on pensait que les Malassezia ne faisait partie que de la flore cutanée de la plupart des vertébrés dont l'homme. Depuis les années 2010, on sait que c'est faux.

Les animaux domestiques : A propos des animaux, sachez que Malassezia pachydermatis se trouve habituellement sur la peau des chiens et des chats. Or, ce type de Malassezia peut vivre également sur l'homme. L'ESCCAP (European Scientific Counsel Companion Animal Parasites) évoque quelques cas rares de zoonose (transmission animaux/homme et l'inverse). La question se pose alors de savoir s'il faut traiter ces animaux domestiques ou s'en séparer en cas de dermite prononcée ou même classique mais qu'on ne supporte plus psychologiquement parlant. Il convient d'aborder ce sujet avec votre dermatologue. Plus d'infos sur le site officiel de l'ESCCAP (cliquez ici).

Autres biotopes des Malassezia : On sait depuis peu que leur biotope est bien plus ouvert : on les a identifiées sur les récifs coralliens, on les retrouve sur les sols arctiques, elles plongent dans les abysses océaniques pour élire domicile aux abords des sources hydrothermales en forme de cheminées se développant sur les failles sismiques (les bords des plaques tectoniques). Plus d'infos sur le site officiel de l'Université de Hawaii (cliquez ici).

Biotope Malassezia récif corallienbiotope malassezia sols arctiquesbiotope malassezai sources hydrothermales

 

Croissance des Malassezia

Revenons sur les Malassezia de la peau. Leur croissance suit une loi mathématique exponentielle quand les conditions nutritives, l'aération et l'homogénéisation sont optimales. Ce qui explique leur prolifération rapide lorsqu'elles bénéficient de ces conditions. Leur taux de croissance est également influencé par d'autres facteurs dont la température, le pH et l'"activité de l'eau".

Nourriture : les Malassezia aiment les substances grasses : elles sont dites lipophiles. Elles apprécient très particulièrement l'acide gras oléique présent sur la peau et secrété par les glandes sébacées (donc dans le sébum) du cuir chevelu.

Température idéale de croissance : entre 25°C et 30°C 

Activité de l'eau :  l'activité de l'eau ne représente pas l'humidité, c'est-à-dire la teneur en eau d'un environnement (ici l'écosystème de la surface du cuir chevelu) mais la disponibilité physiologique de cette eau (en effet les molécules d'eau peuvent être plus ou moins disponibles pour une activité microbiologique). Plus l'activité de l'eau est élevée, plus les micro-organismes se développent. On diminue l'activité de l'eau soit en séchant un environnement, soit en y ajoutant un soluté destiné à fixer l'eau pour la rendre non-disponible pour les micro-organismes. Le sel par exemple est un excellent soluté pour la conservation des charcuteries parce qu'il rend l'eau indisponible à la prolifération des micro-organismes. Le chlorure de sodium parfois présent dans les formules de shampoings ou produits cosmétiques divers remplit la même fonction. Pour assécher la peau, on utilise fréquemment l'Éosine 2%. L'éosine est un colorant aux propriétés asséchantes et antiseptiques ; plus précisément c'est le sel disodique d'éosine qui est utilisé pour réaliser l'Éosine 2%. Malheureusement, il est fortement colorant et son application sur le visage n'est pas envisageable.
Pour une femme portant un tissage, il est clair que l'activité de l'eau sera augmentée par manque de séchage possible à l'air ambiant de la surface du cuir chevelu.

 

 

 

Pour aller au fond du problème 

 

Dermite séborrhéique Molinari

 

Pour aller tout au fond des choses, nous vous conseillons l'ouvrage ci-dessus, rédigé par le Docteur Emmanuel Molinari et le Professeur Olivier Chosidow et paru en 2010 aux éditions Med'Com.

Cet ouvrage vous permettra de faire le point sur le diagnostic et ses difficultés.
Le rôle du champignon Malassezia est abordé en détail.

Bien entendu, la prise en charge du patient est également clarifiée. 

Le guide de référence pour celles ou ceux qui voudraient tout savoir sur leur satanée dermatose séborrhéique. Il est certes cher (plus de 50€), mais il s'agit d'un véritable outil à destination des dermatologues et non pas d'une publication fantaisiste.

 

 

 

Articles associés

è Le sébum des cheveux

è Détoxination du Cuir Chevelu

 

 

 

 

 

Retour au lexiqueTermes INCI des ingrédients cosmétiques

lexique anglais français de la coiffure

 


Haut

91.134.138.24