TENSIOACTIF

 

 

 

Comprendre pourquoi un shampoing lave, c'est comprendre ce qu'est un TENSIOACTIF. 

Pourquoi est-il intéressant de comprendre ce qu'est un tensioactif ? C'est parce que la chimie progresse et incorpore dans les shampoings des tensioactifs de plus en plus efficaces et respectant de mieux en mieux le cuir chevelu et les cheveux

Savoir reconnaître les tensioactifs les plus évolués, c'est mieux prendre soin de ses cheveux ou mieux entretenir ses tissages brésiliens en cheveux vierges remy par exemple.

 

 

Laver, c'est enlever les poussières, mais c'est aussi évacuer le gras présent sur une surface (par exemple, ôter les graisses présentes sur le cheveu). Pour décoller et emprisonner le gras afin de l'évacuer, on utilise des agents lavants connus sous le nom de détergents. Les détergents sont des tensioactifs. Les produits lavants comme les shampoings incorporent donc des détergents pour posséder cette action dégraissante. 

Or, les détergents sont agressifs, irritants, et abîment toujours un tant soit peu les cheveux. Un gel douche maltraite aussi toujours un peu la peau, les muqueuses et les yeux surtout, en partie à cause du détergent. 

Les progrès scientifiques ont permis de synthétiser ou d'isoler de nouveaux tensioactifs, plus naturels, dont les fonctions sont toujours détergentes, mais qui ne sont pas aussi agressifs que les "détergents" chimiques classiques. 

Il faut garder à l'esprit que la nature elle-même est chimique : il y est question d'atomes, de molécules, etc. Chimie et nature ne sont donc pas nécessairement incompatibles. Ce dont il est finalement question, c'est d'une chimie cosmétique de plus en plus respectueuse des "objets" (peau, cheveux, lèvres, etc.) qu'elle aborde. D'une chimie pure et dure, brutale, on passe petit à petit à une chimie biocompatible. Des gros problèmes persistent, c'est vrai, mais les choses avancent tout de même. 

 

 

 

Illustration article "Tensioactif"

 

Les tensioactifs dispersent les corps gras dans l'eau.

Comment cela est-il possible ? Tout simplement parce qu'ils interagissent ET avec l'eau ET avec le gras. 

 

 

 

Illustration article "Tensioactif"

On représente ces molécules comme de petits tétards possédant une tête et une queue.

La tête est constituée de matière hydrophile, la queue de matière lipophile

  • Hydrophile signifie : qui aime l'eau 
  • Lipophile signifie : qui aime les lipides 

 

Plusieurs formes existent : certains tensioactifs ont plusieurs têtes, d'autres plusieurs queues, certains ont une très grosse tête, etc. 

 

Donc la molécule tensioactive entre en contact avec ces deux substances qui pourtant ne se mélangent pas en d'autres circonstances : l'eau et l'huile, ou l'eau et la graisse.

C'est un peu comme si un tensioactif avait 2 mains : avec la main gauche, il attrape l'eau, avec la main droite, il attrape l'huile.

Grâce à lui, ces deux substances qui n'aiment pas entrer en contact l'une avec l'autre seront obligées d'interagir. 

Grâce à lui, les mélanges d'eau et d'huile seront organisés, ordonnés, différemment. 

 

 

 

 

Illustration article "Tensioactif"

 

Voici comment les tensioactifs organisent le milieu "Eau + Huile" dans lequel ils sont intégrés. 

 

Ils forment des frontières (une interface) entre l'eau et les corps gras.

 

 

 

 

 

 

 

Ces frontières s'arrangent en bulles à l'intérieur desquelles les corps gras se trouvent emprisonnés.

 

Quand on rince, ces bulles sont emportées, et les corps gras avec elles : cela s'appelle "laver". 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les familles de tensioactifs 

Les laboratoires réalisent des progrès, les chercheurs comprennent de mieux en mieux les phénomènes tensioactifs. Par conséquent, les produits lavants comme les shampoings bénéficient de ces avancées. 

Plutôt que de rester cantonnés à l'utilisation d'un seul tensioactif de type détergent classique, plusieurs familles existent aujourd'hui parmi lesquelles les laboratoires ont donc désormais le choix. 

    • Les tensioactifs anioniques 
    • Les tensioactifs cationiques 
    • Les tensioactifs zwitterioniques 
    • Les tensioactifs non ioniques 

 

 

 

Les tensioactifs anioniques 

Les tensioactifs anioniques, synthétisés pour la première fois en 1910, sont également de plus en plus délaissés dans leurs formes classiques. 

Dans les années 1950, le dodécyle, produit tensioactif dérivé du dodécanol (un alcool gras) sort des laboratoires et reste apprécié aujourd'hui encore pour ses propriétés cosmétologiques. 

Récemment, des formes plus modernes ont été synthétisées : les lipo-amino-acides, dérivés d'acides aminés (les protéines de base constitutives du patrimoine génétique). Malheureusement, ces synthèses modernes restent chères, mais elles aboutissent à des produits tensioactifs très efficaces, faciles à rincer et bien plus respectueux de la peau ou des cheveux. 

 

 

Les tensioactifs cationiques 

Plus irritants que les autres, ils tendent à disparaître des préparation cosmétologiques. Les plus connus sont les sels d'ammonium. Il est possible d'introduire d'autres substances au sein de la préparation lavante pour en diminuer les manifestations irritantes pour la peau et les yeux. 

 

 

Les tensioactifs zwitterioniques 

Les chimistes ont tenté de cumuler les propriétés anioniques et cationiques des tensioactifs. En 1981, ce fut chose faite. On les appelle des tensioactifs zwitterioniques. Analogues aux phospholipides naturels (les molécules constituantes des membranes de nos cellules), aux glycéro-lécithines du jaune d'oeuf et des tissus nerveux, ces tensioactifs constituent une famille de meilleure biocompatibilité, non irritante et peu agressive. 

Voilà pourquoi on entend souvent parler de shampoing aux oeufs. Voilà encore pourquoi certaines personnes se lavent directement les cheveux avec des oeufs. 

De plus en plus, les laboratoires cosmétologiques se tournent également vers les dérivés des acides aminés (les protéines constitutives du patrimoine génétique). On appelle "dériphats" ces substances dérivées qui présentent en outre une affinité particulière pour la kératine, la protéine constitutive de la fibre capillaire. 

Appartiennent aussi aux tensioactifs zwitterioniques les bétaïnes utilisées dans les shampoings doux pour bébés.

Enfin, très semblables aux tensioactifs zwitterioniques, les ylures d'azote ont récemment fait leur apparition : très biocompatibles et bénéfiques pour le traitement ces cheveux, elles sont appréciées des cosmétologues. 

 

 

Les tensioactifs non ioniques 

Développés dans la seconde moitié du XXè siècle, ces tensioactifs sont efficaces même en faible quantité. Ils sont en outre bien tolérés, peu irritants. Du fait de leur masse importante, ils ne traversent pas les membranes cellulaires et n'endommagent pas la kératine. 

A cette famille appartiennent les éthers d'alcool glycérolés, les alcanolamides, et les oligopeptides (dont les céramides) depuis 1992. 

 

 

 

Conclusion

Bref, la qualité des connaissances actuelles aboutit à la formulation de produits cosmétiques capillaires de plus en plus performants et, en même temps, de moins en moins agressifs. Malheureusement, il y a fort à parier que ces performances et cette biocompatibilité ne se trouvent qu'au sein de produits plutôt haut de gamme. Il faut donc rester vigilant à l'égard des produits Discount et bas de gamme (il faut apprendre à lire les listes d'ingrédients INCI sur les étiquettes des produits, mais ce n'est pas très rigolo, c'est sur !). 

Il convient aussi de toujours s'interroger sur les effets des usages répétés de ces substances, même modernes, ainsi que les chercheurs eux-mêmes y invitent, surtout si vous avez tendance à laver vos cheveux tous les jours par exemple. 

C'est pourquoi, en conclusion, il reste très pertinent, même au XXIè siècle, de s'intéresser aux préparations maisons (ça, c'est plus rigolo), aux recettes traditionnelles (shampoing naturel), utilisées en alternance avec des produits cosmétiques issus des laboratoires.

Pensez aussi à espacer vos shampoings, à ne pas être trop agressive lors du lavage. 

 

 

 

Illustration article "Tensioactif"Source : Pierre Le Perchec, Les molécules de la beauté, de l'hygiène et de la protection, Une introduction à la science cosmétologique

CNRS Éditions / Nathan - 2002 - ISBN 2-09-172381-9

Pierre LE PERCHEC est directeur de recherche au Laboratoire des matériaux organiques à propriétés spécifiques du CNRS à Lyon Solaize. Il consacre ses recherches à la chimie des matériaux macro-moléculaires et des assemblages moléculaires. Richard MALIK, professeur de Sciences physiques, enseigne au lycée La Colinière à Nantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour au lexiqueTermes INCI des ingrédients cosmétiques

lexique anglais français de la coiffure

 


Haut

91.134.138.24